Cameroun-Massacre de Ngarbuh: inculpés pour assassinat, trois militaires déposés en prison

Au Cameroun, trois militaires ont été inculpés pour assassinat de civils à Ngarbuh dans la région du Nord-Ouest.

Trois militaires camerounais ont été inculpés d’assassinat en février d’une dizaine de civils, dont 10 enfants selon Yaoundé, dans la partie anglophone du Cameroun en proie à un sanglant conflit séparatiste, a annoncé jeudi l’armée. En effet, ils ont été placés sous mandat de détention provisoire à la prison militaire de Yaoundé », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée, le colonel Cyrille Atonfack Guemo.

Par ailleurs, l’armée avait initialement nié la tuerie et parlé d’un « malheureux accident ». Suite aux enquêtes lancées par le président Biya, la responsabilité de l’armée avait été établie. Yaoundé a ainsi reconnu qu’au moins 10 enfants et trois femmes avaient été tués par des militaires dans le village de Ngarbuh, dans la région du Nord-Ouest.

Selon un rapport de l’ONU, au moins 23 civils avaient été massacrés. La zone anglophone du Cameroun vit une crise politico-militaire depuis plusieurs années. Le président Biya avait donc organisé un grand dialogue national fin 2019 pour tenter de régler le différend.

Exit mobile version