Crise au Mali: la Cédéao opte pour la reprise des législatives

Les présidents des pays membres de la Cédéao@La Croix

Les émissaires de la Cédéao à Bamako au Mali pour la décrispation de la crise sont en fin de mission. Entre autres propositions, ils ont recommandé la reprise partielle des législatives de mars 2020.

En fin de mission à Bamako samedi 20 juin, les émissaires de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao) ont recommandé aux autorités maliennes, la reprise partielle des élections législatives de mars dernier dans les zones où la victoire a changé de camp.

En effet, cette proposition a été faite après plusieurs discussions avec les différents protagonistes de la crise, la classe politique et les certaines institutions de la république du Mali. La cour constitutionnelle a été saisie afin de statuer sur la question. La proclamation des résultats par les juges constitutionnels a créé de vives polémiques au sein de l’opinion en raison de la perte de certaines régions acquises à l’opposition au profit de la mouvance.

Dès lors, des manifestants à l’appel du Mouvement M5 dirigé par l’influent leader religieux, Mahmoud Dicko réclament la démission du président Ibrahim Boubacar Kéita alors que ce dernier dit tendre la main aux manifestants.

Exit mobile version