Haïti: Enterrement dans l’intimité du  bâtonnier de Port-au-Prince assassiné

Dorval Monferrier batonnier du barreau de Port-au-Prince

La situation sécuritaire s’aggrave en Haïti alors que ce vendredi s’est tenue une cérémonie religieuse en hommage au bâtonnier de Port-au-Prince assassiné fin août à son domicile. Son enterrement avait été célébré jeudi, dans l’intimité selon les vœux de la famille. Les avocats haïtiens et l’Église catholique exigent une commission d’enquête internationale car ils n’ont aucune confiance en la justice du pays, dépendante du pouvoir.

Les centaines d’avocats en toge réunis dans l’église Saint-Pierre de Petionville sont fatigués de l’éternelle expression « l’enquête se poursuit » et veulent savoir qui a commandité l’assassinat de leur confrère Me Dorval.

Durant son homélie, l’évêque Pierre-André Dumas n’a pas hésité à dénoncer la dérive « anarcho-populiste » de l’État : « Haïti a passé beaucoup de dictatures, de régimes militaires mais c’est la première fois qu’on a tué un bâtonnier en fonction. Cela veut dire qu’il y a un désordre total dans le pays. Nous ne devons pas accepter que ça se passe ni que ça se reproduise. Nous devons déployer tous nos efforts pour dire que c’est assez. »

À plusieurs reprise l’assistance a ainsi applaudi et s’est levée dans ce qui fut un réquisitoire contre le pouvoir dans son ensemble. La bâtonnière par intérim a pour sa part dénoncé un « crime d’État » car pour elle, « soit l’État a commandité le crime soit il a été incapable de le prévenir ».

Exit mobile version