Nigeria: 14 soldats tués dans l’attaque de leur base par des djihadistes

La secte islamiste Boko Haram

Des jihadistes liés à l’organisation Etat islamique ont tué 14 soldats nigérians dans une attaque contre une base militaire dans le nord-est du pays, a-t-on appris samedi de sources militaires.

Deux sources, qui ont requis l’anonymat, ont indiqué à l’AFP que des combattants du groupe Etat Islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) avaient attaqué vendredi la base militaire de Jakana avec des mitrailleuses et des lance-grenades, une offensive suivie d’intenses combats.

« Nous avons perdu 14 soldats dans la bataille, dont l’officier en charge et un autre officier », a affirmé une de ces sources. Plusieurs soldats sont portés disparus, a précisé une seconde source, qui a donné un bilan des pertes identique. Quatre camions chargés de mitrailleuses ont été dérobés lors de l’attaque.

Jakana, à 25 km de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, épicentre de l’insurrection jihadiste au Nigeria, se situe à l’intersection d’une route stratégique pour les combattants de l’Iswap, reliant leurs camps dans la forêt de Benisheikh et leurs repaires de Buni Yadi, dans la région de Yobe.

Le village et la base militaire qui y est installée ont été la cible de nombreuses attaques du groupe, issu d’une scission de Boko Haram. L’armée nigériane a entamé lundi une vaste opération de ratissage dans une zone comprenant Jakana.

Exit mobile version