Côte d’Ivoire: Regain de violences avec plus morts dont au moins un par décapitation

Plusieurs routes sont toujours bloquées en Côte d'Ivoire

Malgré la confirmation de la victoire d’Alassane Ouattara au premier tour de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 par le Conseil constitutionnel, les violences continuent dans plusieurs régions de la Côte d’Ivoire.

Les violences qui avaient démarré à l’annonce de la candidature de Ouattara, durant le scrutin, se poursuivent maintenant après l’élection. La crise post-électorale n’est pas finie alors que son discours à la Nation du lundi 9 novembre 2020, Alassane Ouattara appelait au dialogue et indiquait que l’élection était terminée.

En début de semaine, plusieurs affrontements intercommunautaires ont eu lieu à M’batto, une ville située à près de 200 km d’Abidjan.

Le bilan des affrontements fait état de 3 morts. C’est le bilan officielle dressé par la gendarmerie. « Le commandant de la gendarmerie [le général Alexandre Apalo Touré] a échangé avec les différentes communautés en soirée. Les entretiens se poursuivront [ce mercredi], précise le porte-parole de la gendarmerie. La situation est calme, les renforts déployés effectuent des patrouilles dans la ville », a indiqué le porte-parole de la Gendarmerie.

Déjà lundi, des affrontements entre communautés et avec des éléments des forces de l’ordre avait causé la mort d’au moins 9 personnes, lundi. Plusieurs dizaines de blessés étaient à déplorer.

À Daoukro, fief de Henri Konan Bédié, des affrontements intercommunautaires ont fait plusieurs morts. « Les affrontements intercommunautaires ont fait six morts et 51 blessés. Une personne à été décapitée et une autre est morte brûlée », indiquent les autorités locales.

Les affrontements entre populations sont devenues récurrentes en Côte d’Ivoire. L’appel de l’opposition à la désobéissance civile a accentué leur fréquence.

Exit mobile version