Liban: Une conférence d’aide humanitaire présidée par Paris pour tenter de sauver l’économie

Elysée

Une conférence d’aide humanitaire pour le Liban est organisée ce mercredi 2 décembre en fin de journée. La réunion prend la forme d’une visioconférence pour cause de Covid-19. C’est une initiative de la France en lien avec les Nations unies. Il s’agit de mobiliser des fonds pour un pays qui traverse une crise économique sans précédent.

Trente-huit chefs d’État ou de gouvernement, des ministres, des directeurs d’institutions financières internationales et des responsables d’ONG participeront à cette deuxième conférence organisée ӑ l’initiative de la France depuis la catastrophe du 4 août.

Le but de cet événement est de parer au plus urgent : éviter un effondrement total de l’économie et de l’État et la disparition de tous les filets sociaux, déjà très insuffisants, alors que la Liban s’enfonce tous les jours davantage dans une crise complexe et multiforme/

La situation est d’autant plus grave que la Banque du Liban ne dispose plus que de 400 millions de dollars de réserve. Lorsque cette somme sera épuisée d’ici à deux mois, les prix des produits alimentaires de première nécessité, les médicaments et les carburants, actuellement subventionnés, exploseront. Ils ne seront plus à la portée d’une majorité écrasante des Libanais, qui seront alors confrontés à une crise humanitaire majeure.

La visioconférence de ce mercredi soir a donc un objectif essentiellement humanitaire et non pas structurel. Pour relancer la machine économique et remettre le pays sur le chemin de la croissance, des réformes profondes sont indispensables. Et elles ne peuvent être menées que par un gouvernement jouissant du soutien de la communauté internationale, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, comme l’a encore rappelé ce mercredi la présidence française dans une communiqué.

La situation alarmante a mobilisé la diaspora libanaise, fortement implantée à l’étranger, notamment en Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire qui compte la plus importante communauté d’Afrique de l’ouest avec 80 000 Libanais. Reportage de notre correspondant à AbidjanSidy Yansané

C’est justement cette douleur qui a poussé Hussein Abdel Kalek à s’investir dans la campagne d’aide au peuple du Liban. Ce comptable et écrivain ivoiro-libanais, très attaché à son pays d’origine, même s’il ne s’y rend que rarement, a déjà envoyé des vivres à sa famille et ses amis sur place, victimes de la situation économique alarmante

Exit mobile version