Azerbaïdjan: un poème suscite des tensions entre la Turquie et l’Iran

Recep Tayyip Erdogan lors de son discours

La visite du président turc Erdogan en Azerbaïdjan cette semaine continue de faire des vagues. Un poème provoque notamment un échange de critiques entre la Turquie et l’Iran.

Recep Tayyip Erdogan a été accueilli en grande pompe cette semaine en Azerbaïdjan, pays turcophone qui a reçu un soutien militaire décisif de la Turquie dans le conflit de ces dernières semaines contre l’Arménie.

Lors de sa visite, le président turc a récité un poème qui a immédiatement fait sursauter les dirigeants iraniens. Selon le chef de la diplomatie iranienne, le texte ne faisait pas référence à l’État d’Azerbaïdjan mais à la province iranienne qui porte le même nom. Il s’agit d’un sujet sensible pour l’Iran dont la population compte une importante minorité turcophone. Pour Téhéran, il s’agit-là d’une atteinte à sa souveraineté.

« Langage offensant »

Le ton est monté entre les deux pays. L’Iran a convoqué l’ambassadeur turc à Téhéran et que la Turquie a fait de même avec le représentant iranien à Ankara. Ce samedi 12 décembre, la Turquie a dénoncé « le langage offensant » de la République islamique.

L’échange peut sembler anecdotique, mais il en dit long sur la relation de voisinage de plus en plus délicate entre ces deux puissances régionales.

Exit mobile version