RDC: le Sénat refuse de lever l’immunité de l’ancien premier ministre Matata Ponyo

Augustin Matata Ponyo

En République démocratique du Congo, le sénat a refusé de voter pour la demande de levée d’immunité parlementaire de l’ancien premier ministre Matata Ponyo soupçonné de corruption.

Les sénateurs n’ont pas voté la levée de l’immunité du sénateur Matata, estimant que la Cour constitutionnelle, qui avait introduit cette demande, n’était pas compétente pour juger un parlementaire, a déclaré à l’AFP un sénateur qui a pris part à la plénière tenue à huis clos pour cette affaire.

En novembre, l’Inspection générale des Finances (IGF) avait conclu dans un rapport que 205 millions de dollars sur 285 millions, décaissés par le Trésor public pour un projet pilote de parc agro-industriel à 250 km au sud-est de la capitale, avaient été détournés. Dans son rapport, l’ancien Premier ministre Matata était nommément mis en cause, comme « l’auteur intellectuel » du détournement.

Lors d’une sortie médiatique, le mis en cause a démenti toute responsabilité dans ce dossier. Son avocat a annoncé vendredi à l’AFP avoir porté plainte contre le chef de l’IGF Jules Alingete et trois autres inspecteurs des finances pour dénonciations « calomnieuses ».

En RDC, la Cour constitutionnelle est le juge pénal du président de la République et du Premier ministre en fonction, en plus de sa mission de juger de la conformité des lois avec la Constitution et de trancher en dernier ressort les contentieux électoraux.

Après avoir quitté en novembre 2016 ses fonctions de Premier ministre – exercées pendant quatre ans sous la présidence de Joseph Kabila -, M. Matata Ponyo était devenu sénateur.

Exit mobile version