Burkina Faso: l’opposition appelle à des marches contre l’insécurité

Roch Marc Kaboré, président du Burkina Faso

Face à la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso, l’opposition a appelé vendredi à des « marches » dans tout le pays, pour exiger des mesures fortes de la part du gouvernement.

Selon le chef de file de l’opposition, ces « marches pacifiques et silencieuses » auront lieu les 3 et 4 juillet. « L’heure est grave, car jamais le peuple burkinabé n’a été autant endeuillé que lors de ces cinq dernières années: près de 595 attaques terroristes, plus de 1.500 morts, des blessés par milliers et environ 1,5 million de déplacés internes« , a déclaré à la presse Eddie Komboigo, accompagné d’autres dirigeants d’opposition.

A l’en croire, l’opposition « ne saurait rester silencieuse face à cette tragédie persistante« .  L’attaque de Solhan début juin, constituait « le point d’orgue de l’hécatombe », a-t-il expliqué. Dans la nuit du 4 au 5 juin des hommes armés dont « des jeunes âgés de 12 à 14 ans » selon le gouvernement, ont attaqué la localité de Solhan (Nord-Est), tuant au moins 132 personnes selon le gouvernement, 160 selon des sources locales.

Cette attaque, la plus meurtrière depuis le début des actions jihadistes au Burkina en 2015, a été perpétrée par une composante du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) principale alliance jihadiste au Sahel liée à Al-Qaïda. Élu en 2015 puis réélu en 2020 avec la promesse d’enrayer l’insécurité, le président Roch Kaboré a est critiqué pour son bilan sécuritaire.

Exit mobile version