« La CPI, ce n’était pas sérieux », Laurent Gbagbo démonte Fatou Bensouda

Laurent Gbagbo

Au bord de la Lagune Ebrié, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo s’est prononcé sur la détention à la Cour Pénale internationale. A l’en croire, il a été emmené à la CPI parce qu’il était devenu un adversaire gênant.

Devant les sages, notables et chefs traditionnels venus le rencontrer à Mama, son village natal dans la région de Gagnoa, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo a taclé la justice internationale. « La CPI, ce n’était pas sérieux, il fallait écarter un homme gênant, un concurrent gênant, alors on m’a mis là-bas«  , a déclaré M. Gbagbo.

« Mais je ne regrette pas, parce que si j’étais revenu avec un titre de criminel, c’est vous tous ici qui alliez avoir honte« , a ajouté l’ancien président, définitivement acquitté fin mars par la CPI, où il était notamment accusé de crimes contre l’humanité.

« Même les blancs qui ne nous connaissent pas, qui suivent nos petites querelles ici, ont su que je (n’étais) pas un criminel. Moi je fais tout, hein, mais je ne suis pas un criminel« , a ajouté Laurent Gbagbo sous les rires de l’assistance. C’est la première fois depuis son retour en Côte d’Ivoire le 17 juin après dix ans d’absence que l’ex-président ivoirien évoque publiquement son jugement et son acquittement par la CPI.

Exit mobile version