Choguel Maïga: «Le Mali est un grand corps malade qui a besoin d’une thérapie»

Choguel Maïga, leader du M5-RFP

Le premier ministre malien a présenté vendredi son plan d’action pour sortir le pays de la crise qui secoue ce grand pays sahélien depuis 2020.

Devant le Conseil national de transition (CNT) qui fait office de Parlement, le premier ministre Choguel Maïga n’est pas allé par quatre chemins pour poser son diagnostic. Il a décliné le Plan d’action du Gouvernement (PAG) autour de 4 points essentiels: renforcement de la sécurité; réforme politique; élection et bonne gouvernance.

Pour ce cadre du M5-RFP devenu chef du gouvernement après le deuxième coup d’Etat du Colonel Assimi Goita, «le Mali est un grand corps malade qui a besoin d’une thérapie». Choguel Maïga propose une gouvernance de rupture. Dans ce registre, il annonce une lutte contre l’impunité, contre la corruption et la réduction du train de vie de l’État.

Autre remède : les réformes sécuritaires. Devant les membres du CNT, le Premier ministre malien a déclaré que son gouvernement mettra à la disposition de l’armée, les moyens humains, matériels. Il prévoit également un nouveau plan de sécurisation du pays, avec un redéploiement de l’administration dans les zones où elle est absente.

Autre ambition, les réformes politiques et institutionnelles, avec à la clé, des assises nationales de la refondation, et une conférence sociale. L’organisation des élections générales de 2022 sera le point de chute de ce vaste programme évalué à 2050 milliards de francs CFA.

Exit mobile version