Niger: une épidémie de choléra fait plus de 100 morts

Une attaque meurtrière au Niger fait 137 morts

Au Niger, une épidémie de choléra a fait 104 morts parmi 2874 malades recensés dans six régions du pays, dont la capitale Niamey, a annoncé vendredi 3 septembre le ministère de la Santé.

Le 19 août, le ministère avait fait état de 845 cas et 35 décès à Niamey et quatre régions, Maradi (sud-est), Zinder (centre-sud), Dosso (sud-ouest) et Tahoua (sud-ouest), toutes frontalières du Nigeria, également touché par la maladie. La région de Tillabéri (ouest), dans la zone des «trois frontières» entre Niger, Burkina et Mali, théâtre d’attaques djihadistes régulières, est également touchée, selon le ministère.

Au 1er septembre, le bilan est passé à 104 décès sur 2874 malades et «un taux de létalité de 4%», indiquent les chiffres publiés vendredi par la direction de la surveillance et de la riposte aux épidémies du ministère de la Santé. La tranche d’âge comprise entre 15 et 37 ans est la plus touchée par l’épidémie précise le ministère, qui annonce «l’extinction» d’une dizaine de «foyers» sur les 28 «actifs» à travers le pays.

Avec l’appui de Médecins sans frontières (MSF), l’ONU et l’Union européenne, le Niger tente de juguler l’épidémie en multipliant les campagnes de sensibilisation, en distribuant des produits pour traiter l’eau et en désinfectant des lieux publics, les transports en commun et les puits dans les villages infectés.

En raison des inondations liées à de fortes pluies qui s’abattent depuis juin sur le Niger, les experts redoutent une flambée de cette maladie diarrhéique très contagieuse causée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés.

Exit mobile version