Mali: une coalition de partis boycottera les assises du pouvoir

Colonel Assimi Goïta, chef du CNSP au pouvoir au Mali

Au Nigeria, la tenue des assises nationales divise la classe politique. La semaine écoulée, un cadre d’échange composé de partis politiques ont annoncé leur intention de boycotter les assises nationales prônées par le pouvoir.

Toutes les formations politiques maliennes ne seront participeront pas aux assises nationales de la refondation. Une coalition de partis et de regroupements de partis, dont le Rassemblement pour le Mali, parti d’IBK et le Yelema de l’ex-premier ministre Moussa Mara ont exprimé leur désaccord.

«Nous avons rencontré ce matin à Koulouba le président de transition. Nous lui avons expliqué notre vision, mais la pomme de discorde se situe au niveau des Assises nationales de la refondation. Nous voulons que le délai de la transition ne soit pas lié aux Assises. Nous voulons les dissocier pour aller à l’organisation rapide des élections», a dit à l’AFP Sékou Niamé Bathily, chargé de communication du Cadre d’échange.

Pour le gouvernement du premier ministre Choguel Maiga, ce sont les assises nationales qui décideront de l’agenda politique notamment l’organisation des élections générales. Le Mali a déjà signifié à la Cédéao son incapacité à tenir les élections en février prochain comme l’exige la charte de transition.

Exit mobile version