Mahmoud Dicko: « ça ne va pas », l’Imam rompt le silence et interpelle les autorités de la transition

Imam Mahmoud Dicko

L’Imam Mahmoud Dicko est monté au créneau pour attirer l’attention des autorités sur la situation politique du Mali plus d’un an après le coup d’Etat qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Kéita.

Muet depuis quelques mois, l’Imam Mahmoud Dicko a pris la parole dimanche pour s’exprimer sur la situation politique du Mali. Le leader religieux s’est d’abord adressé aux autorités de la Transition. «Vous êtes nos fils ! Dieu vous a confié la gestion du pays. Mais nous avons constaté que ça ne va pas… », a déclaré l’Imam.

Alors que le Mali fait face à des sanctions de la Cédéao, Dicko sollicite l’indulgence d’organisation sous-régionale et la communauté internationale. «Je me permets de demander à la communauté internationale, singulièrement aux pays voisins et frères, ceux surtout de la Cédéao, leur indulgence, leur compréhension et leur accompagnement. Notre pays traverse une situation difficile aujourd’hui. Le peuple malien est un peuple reconnaissant, nous ne sommes pas un peuple ingrat», a-t-il déclaré.

C’est la première prise de parole publique de l’Imam Mahmoud Dicko depuis plusieurs mois. Le religieux qui a joué un rôle important dans la chute du régime d’Ibrahim Boubacar Kéita en 2020 s’est éclipsé sur la scène politique nationale.

Les autorités maliennes de la transition ont notifié à la Cédéao leur incapacité à tenir les élections en février prochain. Ce premier scrutin post-IBK était censé ramener les civils au pouvoir.

Exit mobile version